Morphologie et lexicologie, 2014-2015


Les buts du cours

Dans ce cours, nous allons explorer les principes de base de la morphologie, c'est-à-dire l'étude des unités de forme et de sens, et de la lexicologie, c'est-à-dire l'étude des unités lexicales (les mots). Aucune base préliminaire en linguistique n'est requise, mais pour bien comprendre les matières que nous allons voir, vous aurez besoin des connaissances préliminaires suivantes:

À la fin du cours, vous devriez avoir acquis les connaissances suivantes:

La théorie et les données

Le point de départ de toute analyse linguistique est double. Il se trouve d'une part dans les données à analyser, c'est-à-dire dans les phénomènes linguistiques eux-mêmes. À cela, il faut ajouter un modèle théorique qui guidera votre analyse. Un bon modèle théorique doit posséder les caractéristiques suivantes:

Lesquels des items suivants ont ces trois caractéristiques?

Les perspectives normative et descriptive

La linguistique est une science. Par conséquent, il n'a pas comme but d'indiquer ce qu'on doit faire dans la langue, une perspective normative. Au contraire, son but consiste à bien décrire ce qui se fait, une perspective descriptive.

Classez les éléments suivants selon leur perspective normative ou descriptive:

Les sources des données linguistiques

Pour obtenir des données à analyser, on peut procéder de différentes façons.

Chaque source de données à ses avantages et ses faiblesses. Il faut les utiliser toutes.

Quelques outils

Heureusement pour nous, il existe maintenant en ligne un ensemble d'outils qui rendent la tâche plus facile en lexicologie et en morphologie. Voyons-en quelques-uns.

Quelques concepts de base

Au cours de son histoire, la linguistique a développé un ensemble de concepts et de termes. Parmi eux, on retrouve quelques distinctions primordiales qu'il faut avoir saisir dès le début. Voyons-en quelques-uns.

Langue et parole

On peut distinguer l'ensemble des productions linguistiques qu'on peut observer directement (ce qu'on appelle la parole, et on peut postuler l'existence d'un système derrière ces productions, ce qu'on appelle la langue. On suppose que la langue existe dans la tête de chaque locuteur d'une langue, mais également dans une communauté, partagée par tous les locuteurs.

La langue parlée et la langue écrite

La plupart des données sur l'histoire des langues sont sous forme de textes écrits. Mais il ne faut jamais oublier que même si nous n'avons que ces textes écrits, et même si les ouvrages de référence (dictionnaires, grammaires, etc.) ont tendance à se concentrer sur la langue écrite, la plus grande partie de la communication humaine a lieu par la voie de la langue parlée, qui a ses structures propres, ainsi que d'autres partagées avec la langue écrite.

Pour constater la nature et l'étendue de la différence entre les deux modalités, considérons les deux textes suivants:

Les bons golfeurs aiment les bons parcours de golf et les meilleurs seront bien servis, ce week-end au club La Vallée du Richelieu pour la quatrième présentation du Championnat de Montréal. Les commentaires des joueurs sont en effet flatteurs depuis deux jours pour le «vieux» parcours Rouville, et tout le monde s'attend à ce que les pointages soient plus élevés que l'an dernier. Rappelons que l'Américain Mark Calcavecchia avait remporté le tournoi avec une fiche de -19 sur le deuxième parcours du club, le Verchères.

(Tiré de La Presse: http://www.lapresse.ca/sports/golf/201309/06/01-4686635-championnat-de-montreal-tout-se-jouera-sur-les-verts.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_hotTopics_sujets-a-la-une_1664122_accueil_POS2)

C: Oui, il fait ce qu'il veut, s'il faut, s'il veut prendre piquer des livres bon ils les piquent mais pff...
A: Vous pensez pas que c'est c'est c'est c'est méchant? Parce que tu as dit "Il pouvait se faire prendre".
C: Oui.
A: Mais ça c'est euh tu penses pas que c'est terrible ou c'est c'est c'est affreux que...?
C: Ben. Si, enfin c'est c'est révoltant parce qu'il y a enfin il y a des gens qui paient leurs livres et il y a des gens qui les paient pas donc c'est assez révoltant. Mais bon j'irais pas engueuler le mec parce que [rire] il a piqué son livre.
A: Voilà.
C: Parce que c'est son affaire surtout que il y a tellement de caméras que il fera pas deux mètres dans la rue avant de se [pause] faire avoir.

(Tiré d'un corpus oral constitué et mis en ligne par Kate Beeching: https://www.llas.ac.uk/resources/mb/80 )

On constate que la langue parlée, qui doit être construit en temps réel, contient des hésitations, des redites, des lapsus et d'autres phénomènes, tandis que la langue écrite, qui est peut être éditée, a tendance à ne pas comprendre de tels phénomènes.

Il existe également des cas mixtes, comme les textos, les scénarios pour les films, etc., qui présentent des caractéristiques des deux modalités.

L'axe paradigmatique et l'axe syntagmatique

Quand on utilise une langue pour parler ou pour écrire, on aligne des éléments linguistiques ou dans le temps (un mot après un autre quand on parle) ou dans l'espace (qu'on pense à la disposition des mots sur la ligne). Cet ordre linéaire, basé sur ce qui précède et sur ce qui suit, s'appelle l'axe syntagmatique. Par contre, en même temps, quand on parle ou quand on écrit, on se trouve devant une série de choix. Ainsi, si je veux un peu de dessert, je peux dire: Donne-moi un gateau, ou bien Donne-moi un biscuit. Les deux mots gateau et biscuit représentent des choix possibles. Ces deux choix existent sur ce qu'on appelle l'axe paradigmatique.

En fait, il existe des interactions entre les deux axes. Ainsi, si à la place de biscuit on utilisait le mot tarte, on serait obligé de changer un élément de l'axe syntagmatique pour remplacer un par une ou de la. On parle alors de dépendances.

Les oppositions et la double articulation

On constate également que la langue repose sur les oppositions de forme et de sens. Ainsi, imaginez que tout le monde sur la planète s'appelle Pierre. Dans un tel contexte, la phrase J'ai vu Pierre ce matin. porterait très peu d'information. De même, le fait qu'on dit le ou la en français permet de distinguer la classe des mots masculins de celle de mots féminins.

Une autre caractéristique fondamentale du langage humain, contrairement à d'autres systèmes de communication, s'appelle la double articulation. Par cela, on désigne le fait qu'une langue est composée d'un petit nombre de sons distincts (ou de lettres, à l'écrit). Ces symboles n'ont pas de signification en soi. Ainsi, il serait étrange de demander le sens de la lettre f. Mais on peut les combiner pour former des unités de forme et de sens qu'on appelle des morphèmes, comme table, anti-, va. Une langue possède plusieurs dizaines de milliers de morphèmes. Par contre, on peut combiner ces morphèmes pour créer une infinité de phrases potentielles.

Les fonctions du langage

On se sert de la langue, entre autres choses, pour obtenir quelque chose. Ainsi, si je veux une tasse d'eau, je peux en chercher une, mais si je me trouve avec une autre personne, je peux également prononcer la phrase Peux-tu me chercher de l'eau?. Les bébés apprenent ce fait très tôt.

Le linguiste Roman Jakobson a identifié une série de fonctions, y compris


© 2014, Greg Lessard
Département d'Études françaises, Queen's University, Canada
Courriel: greg.lessard@queensu.ca
Notes sur la distribution