Morphologie et lexicologie


L'analyse sémantique

La définition

Jusqu'à présent, nous avons utilisé un modèle relativement simple pour analyser les composantes sémantiques des morphèmes. Nous allons maintenant approfondir nos outils sémantiques. Tout d'abord, nous allons nous tourner vers un modèle bien connu: celui de la définition. Les dictionnaires existent depuis très longtemps, et une de leurs composantes est la tentative de définir la signification.

On peut définir une définition comme une périphrase synonymique. En d'autres termes, on représente la signification d'une unité lexicale, typiquement un mot, au moyen d'une courte expression. Ces expressions peuvent prendre différentes formes:

La définition par inclusion

Considérons la définition suivante:

Chaleur: Température plus ou moins élevée d'un corps, d'un lieu, perceptible par l'homme.

On remarque d'abord que la définition a la même fonction grammaticale que le mot à définir: on définit un nom au moyen d'un groupe nominal. On remarque également que le début de la définition ne comprend pas d'article et qu'il est composé d'un mot (température) qui représente une classe générale dont chaleur est un membre. En d'autres termes, la chaleur est une sorte de température.

En outre, on remarque que la suite de la définition comprend des différenciateurs, c'est-à-dire des éléments qui distinguent la chaleur de tous les autres membres de la classe des températures comme la froideur, le gel, etc. Ici, les différenciateurs comprennent 'plus ou moins élevée', 'd'un corps...', et 'perceptible par l'homme'. Toute définition par inclusion comprend ces deux éléments: la classe générale et les différenciateurs.

Dans le cas des verbes, la définition par inclusion comprend les mêmes traits, mais le terme général est représenté par un verbe à l'infinitif, comme l'illustre l'exemple suivant:

Courir: Se déplacer rapidement par un mouvement successif et accéléré des jambes ou des pattes prenant appui sur le sol.

La définition morpho-sémantique

La définition par inclusion est le type le plus complexe et utile, mais, pour des raisons d'espace et de simplicité, les dictionnaires utilisent aussi d'autres sortes de définition. En particulier, on trouve plusieurs exemples de la définition morpho-sémantique, comme l'illustre l'exemple suivant:

Courageux: Qui a ou qui manifeste du courage, qui exprime le courage.

On remarque que le mot à définir ici (courageux) est dérivé du mot principal de la définition (courage). C'est la caractéristique générale d'une définition par inclusion. Cela représente un mécanisme de simplification: on définit un mot par un autre mot de la même classe, mais cela comporte l'inconvénient que si on ne comprend pas courage, on ne comprendra pas courageux.

La définition synonymique

Ce type de définition est même plus simple que la définition morpho-sémantique. Il s'agit du cas où on définit un mot par un de ses synonymes, comme l'illustre l'exemple suivant:

Clamser: mourir

On trouve les définitions synonymiques surtout dans le cas de mots stylistiquement marqués. Ainsi, clamser est un mot populaire qui signifie 'mourir'. La définition synonymique rattache le mot stylistiquement marqué à son équivalent plus neutre.

La définition métalinguistique

Dans certains cas, on utilise une définition non pas pour fournir une périphase synonymique, mais plutôt une explication du mot à définir, comme l'illustre l'exemple suivant:

Nous: Pronom personnel de la première personne du pluriel

On voit qu'on ne peut pas remplacer nous par la définition ici. On se sert de la définition pour expliquer les caractéristiques grammaticales du mot. Les définitions synonymiques sont utilisées surtout dans le cas de mots à sens très abstrait, ou dans le cas de mots stylistiquement marqués.

L'analyse componentielle

Un des inconvénients de la définition est qu'elle se limite à une entité à la fois, même si on pourrait, en principe, comparer tous les mots d'un dictionnaire pour trouver les éléments de définition en commun (p.ex. on pourrait trouver tous les mots ayant une définition qui commence par mammifère). Pour arriver à un plus grand niveau de généralité, et en particulier pour capter le sens de systèmes de mots, les sémanticiens ont emprunté une technique aux phonologues, l'analyse componentielle. C'est un système d'analyse basé sur l'utilisation d'une série de traits, et pour chacun des mots à définir, l'utilisation d'une valeur positive (+) ou négative (-) pour indiquer si le mot possède chacun des traits, comme l'illustre l'exemple suivant:

  Occlusif Voisé Non voisé Oral Nasal Bilabial
/p/ + - + + - +
/b/ + + - + - +
/m/ - +/- +/- - + +

Un système de la sorte possède un certain nombre de caractéristiques. Ainsi, on peut identifier une série de classes basées sur le partage de traits. Par exemple, les trois phonèmes /p/, /b/ et /m/ partagent le trait 'bilabial'. (Notez qu'on représente les traits entre guillemets simples.) On note aussi que dans certains cas, une opposition qui existe entre deux phonèmes disparaît dans le cas d'un troisième. Ainsi, /p/ et /b/ se distinguent au moyen du trait 'voisé', mais /m/ peut être voisé ou non voisé (cela dépend du contexte: /m/ est voisé dans mère, mais non voisé dans prisme). Cet exemple représente un phénomène analogue à ce que nous avons vu dans le cas de les, qui neutralise la distinction de genre entre le et la. Finalement, on constate que différents traits peuvent entrer dans une relation de complémentarité. Ainsi, si un phonème possède une valeur positive pour le trait 'voisé', il aura une valeur négative pour le trait 'non voisé'. La valeur positive dans un des cas implique la valeur négative dans l'autre.

L'analyse componentielle peut être utilisée pour l'analyse sémantique, comme l'illustre l'exemple suivant:

  'pour s'asseoir' 'avec dossier' 'avec bras' 'pour une personne'
chaise + + - +
banc + - - -
tabouret + - - +
fauteuil + + + +
sofa + + + -

L'étude du tableau révèle l'existence d'une classe commune: tous les mots partagent le trait 'pour s'asseoir'. On remarque aussi que ce système de traits est suffisant pour distinguer chacun des termes de tous les autres et de fournir ainsi une représentation sémantique de l'ensemble des termes.


© 2014, Greg Lessard
Département d'Études françaises, Queen's University, Canada
Courriel: greg.lessard@queensu.ca
Notes sur la distribution